Sélectionner une page

See on Scoop.itActus du Gers

Vus des villes, les espaces ruraux sont perçus comme des territoires essentiellement agricoles ou comme de simples lieux de détente pour vacanciers

Agnès Maillard‘s insight:

Dans un contexte de déclin massif et régulier des effectifs agricoles depuis les années 1950, les ouvriers constituent le groupe social le plus représenté dans les campagnes. En 2008, les agriculteurs ne représentent plus que 6 % des actifs des territoires ruraux [2] alors que les ouvriers en représentent 32 %. Les ouvriers sont aussi proportionnellement plus nombreux dans les espaces ruraux que dans les grandes aires urbaines où leur part n’est plus que de 22 % de la population active. La baisse du nombre d’ouvriers est un processus général en France qui est moindre dans les bassins ruraux, avec même pour certains d’entre eux le maintien, voire la progression, des effectifs d’ouvriers qualifiés des activités artisanales, de transport et de manutention (Pistre 2012).

Alors que les grandes villes accumulent les emplois appartenant aux fonctions intellectuelles, de gestion et de décision, les activités de fabrication industrielles se localisent désormais surtout dans les espaces ruraux ou périurbains (Puymbroeck et Reynard 2010). Toutefois, les cadres de ces usines résident rarement sur place. Aussi la forte présence ouvrière dans les campagnes résulte-t-elle également de processus de ségrégation spatiale : tandis que les classes dominantes ont les ressources pour habiter et vivre au sein des agglomérations, les ouvriers en sont souvent exclus du fait des mécanismes de sélection sociale liés à la hausse du marché immobilier et foncier.

Du fait de la concentration générale de la population, les ouvriers restent, bien sûr, toujours plus nombreux dans les grandes aires urbaines : 22 % d’entre eux (soit 1,5 millions) résident dans les territoires ruraux. Mais leur part relative dans la population locale est surtout importante dans les communes rurales, justement là où les classes dominantes sont les moins représentées. En 2008, les cadres et professions intellectuelles supérieures forment ainsi près de 17 % de la population active des grandes aires urbaines pour seulement 7 % dans les espaces ruraux. Les ouvriers sont particulièrement nombreux au sein de petits bourgs industriels disséminés dans les régions rurales, souvent des chefs-lieux de cantons ruraux qui concentrent quelques commerces et établissements de service public ainsi que des entreprises industrielles.

See on www.metropolitiques.eu