Sélectionner une page

Pesticides : 1.200 médecins appellent à  de profondes réformes pour protéger la population

Concrètement, les médecins signataires formulent cinq demandes. En premier lieu, ils appellent à  la reconnaissance de nouveaux tableaux de maladies professionnelles agricoles dont l’apparition est liée à  l’exposition aux pesticides.

La protection des populations constitue la deuxième attente. Les médecins réclament en particulier la fin des dérogations à  l’interdiction européenne des épandages aériens, la réduction des risques vis-à -vis des populations vivant à  proximité des cultures à  forte utilisation de pesticides (signalisation sur les zones d’épandages, distance de sécurité avec les habitations) et des agriculteurs (séparation nette entre les activités de conseil et de vente des produits), l’interdiction de l’usage des pesticides dans les zones non agricoles, un étiquetage des produits destinés à  l’alimentation permettant de visualiser les substances chimiques utilisées pour leur fabrication et la disparition, à  très brève échéance, des résidus de pesticides perturbateurs endocriniens dans les produits alimentaires.

Le troisième volet de leurs demandes concerne les mises sur le marché des pesticides. Ils attendent que les tests réglementaires nécessaires à  l’autorisation de mise sur le marché (AMM) soient confiés à  des laboratoires indépendants désignés par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) et que l’AMM soit délivrée conjointement par les ministères de la Santé, de l’Ecologie et de l’Agriculture.

Au niveau européen, les signataires demandent que les perturbateurs endocriniens soient assimilés à  des substances sans seuil afin que les perturbateurs endocriniens avérés et fortement suspectés fassent l’objet d’une substitution obligatoire et que les perturbateurs endocriniens faiblement suspectés fassent l’objet d’une vigilance ou de restrictions. Ils souhaitent aussi que la caractérisation des perturbateurs endocriniens se base sur des tests toxicologiques recherchant des effets à  faibles doses et par effet cocktail, comme préconisé par un rapport de 2012 rédigé à  la demande de la Commission européenne.

Enfin, ils souhaitent une augmentation des surfaces en agriculture biologique pour que l’ensemble de la population puisse choisir une alimentation sans pesticides.

via Pesticides : 1.200 médecins appellent à  de profondes réformes pour protéger la population.