La sémantique du Gosplan pour l’irrigation de Philippe Martin

L’irrigation, pierre d’achoppement de l’agriculture intensive qui privilégie la culture du maà¯s, plante notoirement tropicale, dont les besoins en eau sont assez peu compatibles avec l’hydrologie standard du Sud-Ouest de la France.
Ne serait-il pas tant que l’on songe à  cultiver des plantes mieux adaptées à  notre climat? Avant qu’il ne soit trop tard?

Traduction : Des dizaines de millions d’euros d’argent public, provenant des « redevances » qu’acquittent aux Agences de l’eau, qui les prélèvent sur leur facture, les 64 millions de Français usagers domestiques du service public d’eau potable, vont être dilapidés au bénéfice de la construction de « bassines » qui stockeront l’eau en hiver, afin qu’elle puisse ensuite être massivement gaspillée durant l’été pour arroser des centaines de milliers d’hectares de maà¯s. Dans le même temps, les particuliers se verront interdire par les Préfets de la région Poitou Charente d’arroser leur jardin ou de laver leur voiture.

via Les eaux glacées du calcul égoà¯ste — La sémantique du Gosplan pour l’irrigation de Philippe Martin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *