L'exil pour l'inventeur de la voiture volante gersoise

Une histoire assez habituelle d’évasion de l’innovation technique et industrielle, quand les banques et les partenaires locaux trainent des pieds et que les investisseurs étrangers flairent la bonne idée à  piller.

Il y a quelques années, la CRCI MP avait développé un programme de prévention et d’information au sujet du pillage des PME innovantes de la région par des investisseurs étrangers, plus attirés par la récupération de brevets et de process à  bas prix que par le développement de l’économie gasconne. Action importante quand on sait que l’innovation est le principal moteur économique de la région. Il est donc bien dommage de laisser les bonnes volontés s’exiler, faute de soutien local.

Le Gersois lance donc une campagne de financement participatif sur Internet, surtout destinée à  démontrer à  ses partenaires que son projet intéresse. « Nous avons besoin de 3 à  4 millions de dollars pour un levier d’amorçage », précise-t-il. Cette somme servira à  couvrir les besoins pour les deux premières années durant lesquelles, dans la Silicon Valley, il créera le prototype de Skylis. Son plan est clair et parfaitement étudié. « La troisième année, on fabrique le démonstrateur volant. La quatrième année, on le met en prévente et l’année 5 sera celle de la commercialisation définitive. Notre plan prévoit la vente de 150 unités en cinq ans et un chiffre d’affaires de 198 millions d’euros la première année. » Et dire que les régions Aquitaine et Midi-Pyrénées, spécialisées dans l’aéronautique, n’ont pas su sauter sur l’occasion ! À peine croyable. Ses clients seront les multinationales du secteur pétrolier pour l’accès aux plateformes, l’industrie du luxe ou la sécurité civile.

via Inventée dans le Gers, la voiture volante sera développée aux Etats-Unis – SudOuest.fr.