Le déménagement de l’hyper laisse un bourg sans approvisionnement

Friche commercialeLa mode de l’hyperconcentration commerciale, après avoir vidé les villages et les campagnes, est en train de drainer la vie économique hors de bourgs plus importants.

Toujours plus gros, toujours plus loin : la logique du mall venue tout droit des États-Unis se construit comme les cultures hors-sol. Le commerce moderne n’est plus en interaction avec les politiques locales ou la population et ne laisse derrière lui que des friches commerciales et des déserts urbanistiques.

À Mont-de-Marsan, la construction du mall géant de Leclerc signe la disparition des autres ZAC et des PME qui s’y étaient greffées, tout en concentrant tous les problèmes de circulation de l’agglomération au même point.

A 97 ans, Mme G. est remarquable de dynamisme et de santé. Mais tout de même ! Elle ne peut plus envisager de s’approvisionner seule, de façon autonome dans ce bourg de plus de 1 300 habitants. Née à  Barcelonne, elle s’indigne du progrès : «Toute jeune, j’avais le choix entre dix magasins. Même en période de guerre, on trouvait tout sur place ! Maintenant, plus rien ! C’est ça le progrès ? ». En effet, de mémoire d’anciens, il y a toujours eu une ou plusieurs épiceries ! Combien sont-elles désormais, les personnes âgées, handicapées ou malades, qui ne savent plus où effectuer leurs achats de première nécessité et qui vont être obligées de faire appel à  une aide quelconque pour les conduire vers un point alimentaire ou se déplacer à  pied ? C’est impensable au jour d’aujourd’hui que Barcelonne n’offre plus aucune commodité alors que tant de maisons nouvelles poussent, que le groupe scolaire est plein à  craquer. Que va devenir la zone jusque-là  occupée par Leclerc ? Une friche ?

via Barcelonne-du-Gers. L’après-Leclerc inquiète consommateurs et élus – 25/04/2014 – LaDépêche.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *