Sélectionner une page

Où l’on découvre, grâce à  la vigilance des collectifs gersois, que la question du gaz de schiste est loin d’être réglée en Gascogne

Même si le moratoire national sur l’exploitation du gaz de schiste court toujours, dans les faits, les demandes et autorisations de forages exploratoires continuent leur petit bonhomme de chemin loin de l’attention médiatique. Or dans ce domaine, l’exploration est aussi invasive et dévastatrice que l’exploitation pure et simple, dont le cout social et environnemental est encore à  évaluer dans les zones de forte exploitation, comme aux États-Unis où les plaintes pour empoisonnement se multiplient et obtiennent désormais gain de cause : Une famille victime du gaz de schiste obtient trois millions de dollars de dédommagement aux États-Unis.

Toutes les techniques sont extrêmement polluantes.La Gascogne est une zone extrêmement fragile d’un point de vue hydrogéologique : les nappes phréatiques profondes communiquent entre elles sur de grandes distances et toute contamination massive serait un désastre pour tous les habitants du périmètre et l’agriculture locale qui, rappelons-le, ne peut absolument pas se passer d’eau.

En dehors du risque majeur d’empoisonnement des réserves d’eau potable, l’autre effet secondaire remarquable est une tendance à  la sismicité des zones des forages, c’est-à -dire au déclenchement de petits tremblements de terre, ce qui, en zone de piémont des Pyrénées, n’est pas non plus une très bonne idée.

Au final, le gaz de schiste n’est pas une solution énergétique pérenne et son cout environnemental est purement incommensurable.

Au total, ces permis ou demandes de permis de recherche de gaz dans le sous-sol couvrent les trois-quarts du sous-sol gersois. Cinq entreprises spécialisées au niveau international sont donc implantées dans le département. Le collectif y voit « une situation très inquiétante avec l’arrivée de gros pétitionnaires comme Vermilion ou BNK, qui ont les moyens de faire des travaux rapidement et d’exploiter » le jour où l’exploitation serait autorisée.

via Gaz de schiste : dans le Gers, deux projets de forage restent en suspens – SudOuest.fr.

Rejoignez le collectif gersois sur son groupe Facebook.

Et pour mieux comprendre le gaz de schiste, découvrez l’animation de pédagogique d’Owni.

Les principaux risques liés à  l’exploitation du gaz de schiste