Sélectionner une page

À l’heure où les exploitations agricoles ne trouvent pas de repreneurs, où la crise des vocations réduit le nombre de jeunes agriculteurs qui se lancent dans le monde paysan, La Revue dessinée dévoile un phénomène méconnu qui ronge le monde agricole : la pratique illégale d’arrière-fumure.

Si l’enquête dessinée s’est déroulée dans le Nord, nous serions bien étonnés qu’une tradition équivalente ne sévisse pas notre belle Gascogne où le montant des retraites MSA est notoirement ridicule pour assurer les vieux jours des petits paysans. En suivant le lien en bas, vous pourrez lire l’intégralité de cette enquête exclusive. Et n’hésitez pas à  témoigner en commentaires ici!

On l’appelle l’arrière-fumure, le chapeau, le droit de reprise ou le pas-de-porte. C’est un dessous de table demandé par l’agriculteur sortant, en plus du prix officiel, au nouveau paysan qui souhaite exploiter ses terres. La pratique est tolérée par la loi jusqu’à  un certain niveau. Mais la pression foncière accroît le phénomène. Qui devient un frein à  l’installation de nouveaux paysans, notamment dans le Nord-Pas-de-Calais. Manon Rescan et Damien Brunon ont enquêté pour la Revue dessinée.

via Comment des dessous de table freinent l’installation de nouveaux paysans – Basta !.