La meilleure façon de réduire les déchets, c’est encore réfléchir à ses achats et ses consommations.

Cela commence par réduire sa consommation en se rappelant qu’une grande part de la nourriture achetée par les ménages est jetée avant d’être consommée. Donc éviter les packs promotionnels grands formats, qui sont souvent des fausses promos (comparez le prix au kilo, toujours!), ne prendre que les quantités nécessaires.

Éviter le suremballage qui est caractéristique de l’industrie agroalimentaire : des produits plus chers, moins bons et trop emballés. Préférer multiplier les sources d’approvisionnement pour consommer régulièrement local, amener son panier chez les producteurs et artisans du coin.

Apprendre à réparer, plutôt qu’à jeter : avec Internet, il est simple de trouver des tutoriaux pour réparer pratiquement tout dans la maison. Attendre qu’un objet soit réellement en fin de vie pour le changer et non pas le faire à chaque nouveau modèle, alors que le précédent est toujours fonctionnel.

Penser au troc, aux dons ou aux vide-greniers pour les choses dont on ne veut plus.

Toujours remettre au lendemain un achat que l’on juge urgent le jour même… Temporiser permet de relativiser.

Parmi les 12 actions de ce plan, citons : réduire les biodéchets des ordures ménagères, réduire la publicité papier, promouvoir l’éco-festivité (1), favoriser le réemploi, le don et la réparation (150 vélos ont été réparés et envoyés au Mali), lutter contre le gaspillage alimentaire et sensibiliser le public à la prévention des déchets. D’ailleurs Muriel Debets organise de nouvelles réunions publiques dans les villages sur le thème « Mieux trier, moins jeter ». Trigone distribuera dans toutes les mairies des autocollants Stop Pub et de nouveaux guides de tri vont paraître.

via La guerre aux déchets s’intensifie – SudOuest.fr.