Not in my Backyard

Petite expression anglaise qui signifie : « pas dans mon arrière-cour » et qui met en relief le comportement des gens qui soutiennent des projets créateurs de nuisances, aussi longtemps qu’ils ne sont pas concernés par les problèmes.

Quand il s’agit du jardin d’un élu, on parle alors de trafic d’influence et de conflit d’intérêts, alors qu’il s’agit en fait d’utiliser son pouvoir pour se mettre à l’abri des inconvénients des équipements collectifs et d’intérêt général.

Autrement dit, le TGV, c’est bien pratique pour se rendre rapidement à Paris entre gens de bonne compagnie, mais uniquement quand ça ne dérange que les gueux qui n’auront jamais les moyens de se payer le voyage!

Au final, les 32 parties civiles « resteront définitivement convaincues que si M. Egretier n’avait pas été là », « peut-être que RFF n’aurait pas accepté » le tracé finalement retenu. L’avocat des parties civiles, qui réclament au total 1,7 million d’euros de dommages et intérêts, a quant à lui estimé que « les seuls intérêts » que M. Egretier a défendus, « ce sont les siens ». Me Adrien Ville a étrillé un « petit baron local » qui a « décidé que le train ne passerait pas dans son jardin, mais chez les autres ». Ses clients poursuivent également RFF (devenu aujourd’hui SNCF Réseau) pour complicité. Concernant l’établissement public, le parquet s’en est rapporté à l’appréciation du tribunal.

via Tracé de la LGV Bordeaux-Dax dévié : trois mois avec sursis requis contre l’ex-conseiller ministériel – SudOuest.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *