Sélectionner une page

En 2030, on estime déjà que le débit des cours d’eau baissera de 40 % à 50 %. «Cela posera des problèmes aux populations, à l’agriculture… Les pluies provoqueront un ravinement accéléré des sols. Il faudra sans doute changer de méthode de culture, et cesser de labourer dans le sens de la pente pour ne pas accroître le phénomène…» Certains modèles montrent la disparition du hêtre. L’apparition du risque majeur d’incendie de forêt à l’horizon 2040. La faune n’y coupera pas non plus. «Actuellement, les mésanges ne trouvent plus de nourriture pour leurs nichées : les chenilles qui constituaient leur alimentation apparaissent un mois plus tôt !»

Source : Prévisions inquiétantes : «Le climat du Gers a déjà changé» – 17/08/2015 – ladepeche.fr