Des récoltes d’été sinistrées

La chaleur et la faiblesse des précipitations estivales sont-elles encore surprenantes dans notre région? Il faut le croire.

Comme ses confrères, Bernard Malabirade a relevé les changements climatiques qui affectent déjà le Gers. «Les vendanges se font deux semaines plus tôt. Et désormais, même dans des secteurs comme le Sud Armagnac, on n’a plus le climat à forte tendance océanique d’auparavant. Au contraire, on se retrouve avec un vent d’Autan, sec, dans le secteur de l’Adour…» L’évolution inquiète le milieu agricole, qui tente de répondre par l’irrigation là où cela est possible, ou en procédant à des forages. «Certains font des cultures de fourrages en hiver, mais cela a un coût plus élevé». La diversification des cultures, autre solution — et une vieille habitude dans le Gers — permet également de partager le risque.

Source : Des récoltes d’été sinistrées – 20/08/2015 – ladepeche.fr

 

Maintenant, il faudrait peut-être arrêter de cultiver des plantes tropicales qui ont besoin de beaucoup d’eau, comme le maïs, pour passer à des plantes plus adaptées à notre climat.

Le sorgho est une céréale qui pousse en Afrique, en bordure du Sahara, qui a donc besoin de très peu d’eau (40% d’irrigation en moins que le maïs). En France, dans les régions touchées désormais chaque année par la sécheresse, comme le Sud-Ouest, des agriculteurs se mettent à semer du sorgho. C’est une plante qui a aussi beaucoup moins besoin d’engrais, car elles a des racines très longues et elle va chercher très profond dans la terre de quoi se nourrir et pousser.

Source : Le sorgho, la céréale magique des agriculteurs ? – 26/02/2013 – RTL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *