Il faut toujours se méfier des rachats industriels, surtout quand l’acheteur jure la main du le cœur qu’il ne va rien changer.

En attendant, les politiques de concentrations industrielles continuent à détruire de l’emploi et à appauvrir à peu près tout le monde. Dans ce cas précis, il s’agit du démantèlement d’une entreprise centenaire profitable et de l’appauvrissement d’un territoire déjà fort peu industrialisé.

Ce n’est hélas pas une surprise pour les salariés de l’unité de production Comtesse du Barry à Gimont : la réunion du 20 août a acté le lancement du plan social. 24 licenciements en tout, 3 personnes reclassées et 2 qui ont accepté de rejoindre le site de Fleurance. «La direction nous a soumis ses propositions pour le PSE (plan de sauvegarde de l’emploi), explique un futur licencié. Il nous reste deux mois pour négocier à partir de là.» Et les critères de cette négociation s’annoncent nombreux. Et épineux : «On sait que le comité d’entreprise fera tout son possible pour négocier au mieux, mais les propositions de la direction sont au minimum de ce qu’elle pouvait faire». Après 108 ans d’existence, c’est donc la fin d’un pan de l’histoire économique du Gers qui va fermer ses portes. «C’est vécu comme une injustice. L’unité est intégrée à une société, mais nous sommes les seuls touchés. Cette fermeture, ca va aussi être un gros KO pour le canton, et la ville de Gimont» estiment les employés du site condamné.

Source : Plan social en cours à Gimont – 25/08/2015 – ladepeche.fr