C’est un peu par hasard que nous nous sommes retrouvé dans cette maison de retraite du Gers qui accueille des publics difficiles, précisément le premier jour de travail d’Hermès, le 22 mai 2015. En phase d’adaptation, il était accompagné d’un membre de l’association de chiens d’aveugles qui a assuré sa formation pendant un an.

Les chiens médiateurs, c’est bien plus qu’une idée sympathique, c’est un gros travail d’équipe et d’organisation. Le chien lui-même a un carnet de travail et des horaires, parce qu’on ne peut lui demander d’être en permanence au travail.

Au sein de la maison de retraite, le chien devient vecteur de langage, d’échange, d’affectivité.

L’équipe d’encadrement de l’établissement a dû elle-même se former à la vie et au travail avec ce nouveau collaborateur. Cette équipe compétente travaille aussi dans le respect des personnes âgées, de leurs besoins spécifiques, de leurs désirs variés et de leurs personnalités propres.
Un vrai défi dans le milieu des maisons de retraites où le mauvais niveau de formations des auxiliaires conduit souvent à des formes de maltraitances par non respect de la personne (infantilisation, désexualisation, actes médicaux ou soins imposés par la force…).

C’est avec un immense bonheur que fut célébrée, le 28 août, la venue d’Hermès, chien de race berger australien de 3 ans, offert par l’association de «formation chien guide Les Quatre A» installée dans le Puy-de-Dôme.

Source : Un chien médiateur à Las Peyreres – 01/09/2015 – ladepeche.fr