L’air du Gers pollué

Bien sûr, on ne s’en rend pas compte, vu qu’il n’existe qu’une seule et unique station de mesure de la qualité de l’air pour tout le département, à Peyrusse-Vieille.

Facile de rester en bonne santé quand on n’a pas de thermomètre pour mesurer la fièvre…

C’est clair qu’au niveau agricole, les émissions sont assez importantes. Le Gers, d’un point de vue régional, représente un quart des terres cultivées. C’est aussi 15 % d’émissions de particules PM10, c’est-à-dire inférieures à 10 microns, de la région, et le secteur agricole est le secteur le plus émetteur de particules en suspension. Pour expliquer ces analyses, nous avons relevé quelques chiffres sur le département. Concrètement, 73 % des émissions de particules PM10 proviennent du secteur agricole. Et 74 % des émissions de particules PM 10 du secteur agricole proviennent de la culture des terres.

L’enjeu, c’est de nouer un partenariat avec des collectivités locales, notamment avec l’agglomération d’Auch, pour les années à venir. Il faut avoir un dispositif semi-fixe pour compléter ces données de modélisation. Deux études d’un an ont été conduites simultanément à partir de mars 2014 dans le Gers et en Haute-Garonne. Les résultats sont très contrastés. Sur les 60 molécules étudiées, ce sont les herbicides qui sont les plus fréquemment retrouvés, et les fongicides les plus importants en quantité.

Source : Gers : «Les résultats sont contrastés» – 08/12/2015 – ladepeche.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *