L’histoire de l’armagnac

L’eau ardente est un médicament – Il constate d’abord que la vigne est cultivée en Gaule depuis l’époque gallo-romaine. On en a des témoignages avec de nombreuses mosaïques venues jusqu’à nous. Au Moyen-Âge, on distille « l’eau ardente » en toute petite quantité pour un usage de médicament (4). En 1310, Vital Duffour prétend que l’eau ardente guérit 300 maladies. Il n’y a pas encore de distillation pour la boisson en Gascogne. C’est seulement au XVIe siècle qu’elle fait « des débuts timides » avec l’exportation vers la Hollande depuis Bordeaux et La Rochelle. Et c’est au XVIIe siècle que cela démarre pour de bon sous l’influence des marchands hollandais qui exportent par Bayonne. On ne parle plus d’alambics, pour les grandes quantités produites, les Hollandais apportent « des chaudières à brûler le vin » et on ne distille pas, « on brûle ». « Les eaux-de-vie viennent de Chalosse, de Tursan, du Bas-Armagnac (Nogaro, Cazaubon, Le Houga) et un peu de la Ténarèze ».

Sourced through Scoop.it from: lejournaldugers.fr

See on Scoop.itActus du Gers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *