«Nous avons de très nombreux animaux à céder, explique Magali. Certains sont des animaux domestiques, comme les paons ou les moutons mérinos, mais il y a aussi des wallabies ou des émeus.» Pour les premiers, la page Facebook du parc, là où la fermeture des lieux avait été annoncée, sert de vitrine. Par contre, les animaux exotiques sont plus difficiles à céder. «Les wallabies peuvent être adoptés par des particuliers qui reçoivent une autorisation. Pour les émeus, c’est encore plus contrôlé.» Les animaux gambadent en semi-liberté, comme à l’époque où les visiteurs venaient les voir. «Des pistes existent, mais on ne veut pas les vendre à n’importe qui, et pas à n’importe quel parc de la région… Question d’hygiène et de respect des animaux.» Pas question de laisser dépérir le petit cheptel. Les deux propriétaires piochent dans le reliquat du compte du parc. «Après, on se serrera la ceinture… On espère vendre tous les animaux avant que les soins, la nourriture, etc. commence à poser un problème trop lourd.» Ils envisagent maintenant de revendre le terrain comme parc résidentiel, ou de l’utiliser de cette façon s’ils ne parviennent pas à le vendre.

Si vous désirez acheter l’un des animaux du parc, contact au parcanimalier.saintclar@orange.fr

Sourced through Scoop.it from: www.ladepeche.fr

Nous ne pouvons que saluer l’engagement des responsables du parc qui, malgré la faillite, se préoccupent avant tout du destin des animaux.

Avec la crise, beaucoup de parcs animaliers ont fermé leur porte, souvent de manière brutale voire cruelle pour leur pensionnaires.

Nous espérons que les animaux restants trouveront rapidement des personnes responsables pour assurer leur bien-être.

See on Scoop.itActus du Gers