Écoles : ceux qui tentent de sauver les meubles en cédant au chantage

Globalement, l’académie contrattaque en mettant en scène une communauté de commune qui a cédé au chantage des fermetures d’écoles pour la très hypothétique promesse de maintenir les ressources éducatives. Cependant, nous ne voyons là qu’un ajustement de stratégie de transfert des ressources des campagnes vers les villes.

Une fois que la fermeture des niveaux élémentaires et moyens des écoles sera actée, à la première inflexion démographique, on se dépêchera d’interroger la pertinence de maintenir des maternelles éparpillées.

 

«Nous avons voulu mailler efficacement le territoire, en fonction des déplacements domicile-travail, de l’état des bâtiments scolaires, de la position des écoles, de leur possibilité d’extension…», énumèrent les élus. Les plus petits auront 7 écoles maternelles près de chez eux, soit une de plus qu’actuellement. Les plus grands, eux, iront vers les centres bourgs. D’où les choix de renforcer Saint-Michel et Saint-Elix. Concrètement, à la rentrée de septembre 2016, selon le «compromis» entre les élus et l’Académie, le poste d’enseignant de Montégut-Arros serait transféré à Villecomtal, celui de Lagarde-Hachan irait à St-Elix, et un poste de Montaut serait déplacé à St Michel. Saint Michel accueillerait également un enseignant de Sainte-Dode en 2017. D’où la fermeture des écoles de Montégut, Lagarde-Hachan, Montaut et Sainte-Dode lors des deux prochaines rentrées.

Source : Écoles : «On a changé de stratégie» – 04/03/2016 – ladepeche.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *