Sélectionner une page

Un article intéressant en ce qu’il met en évidence ce que nous pourrions appeler le paradoxe du vélo.

Autrement dit, n’étant pas des usagers des transports doux, les élus ne s’en préoccupent pas et ne connaissent rien aux conditions réelles de la pratique du vélo ou de la marche à pied. Ils ignorent notamment que des voies de circulation entièrement dédiées à la voiture sont, de fait, terriblement dangereuses pour tous les autres types de déplacement.

En l’absence d’infrastructures adaptées, les usagers, évitant de se mettre en danger délibérément, restreignent leurs pratiques en transports alternatifs, ce qui rend ses pratiques pratiquement invisibles, ce qui conforte les élus dans leur dynamique du tout voiture.

«La mairie dit qu’il y a peu de cyclistes à Auch, et les cyclistes disent qu’ils ne se sentent pas en sécurité sur leur vélo à Auch… Alors, il faut faire prendre la mayonnaise entre la mairie, les associations, les usagers.» C’est bien ce que comptent faire Vel’Auch et Auch territoire en transition à travers de nombreux événements autour de la bicyclette qui vont rythmer les mois de mars et avril (lire ci-contre). Ainsi, soulignent deux adhérents de ces deux associations, Philippe le Goanvic et Nicolas Estrade, «notre idée, c’est d’essayer de donner de la visibilité au vélo et aux cyclistes mais aussi de faire comprendre comment on fait des aménagements cyclables.» En, regrettent-ils, «à Auch, en plus des berges du Gers, pour le moment, deux itinéraires cyclables ont été développés. Ce sont des routes partagées, simplement avec un logo de vélo sur la route, sans aucune sécurisation pour les vélos.»

Source : Ils veulent «faire évoluer les mentalités sur le vélo» – 05/03/2016 – ladepeche.fr