Crise agricole : surenchère entre régions et départements

Déjà en juillet 2015 les élus locaux, à travers l’AMF, l’ADF et l’ARF s’étaient engagés à encourager l’achat de produits français dans la restauration collective. Le dispositif qui permet d’acheter en circuits courts tout en respectant le code des marchés publics, existe depuis quelques années, il s’appelle Agrilocal et a été mis en place par deux départements de la région arverno-alpine : la Drôme et le Puy-de-Dôme. Pour l’instant, seuls 5 des 12 départements de la nouvelle grande région y sont associés.

Attentif aux propos de Laurent Wauquiez, le président (PRG) du conseil départemental du Puy-de-Dôme, Jean-Yves Gouttebel, lui a écrit hier à ce sujet. « Approvisionner les cantines avec des produits locaux ne se fait pas en claquant des doigts. Il faut avoir un outil informatique, en particulier pour respecter les marchés publics et la concurrence. En ce sens, Agrilocal est une des réponses, il faut qu’on accélère le mouvement. Mais ça suppose également que les agriculteurs puissent répondre de manière effective », explique-t-il.

Quant au rôle de l’échelon départemental, Jean-Yves Gouttebel, également vice-président de l’ADF, explique que « nous pouvons intervenir dans le cadre de la loi, contribuer à la viabilité économique, soutenir les exploitations, l’immobilier agricole, l’achat en commun. Nous essayons de faire en sorte de gérer les espaces agricoles. Les départements ont l’avantage d’être très proches du monde agricole. Encore faut-il que la loi ne nous empêche pas de mener ces politiques », souligne-t-il.

Sourced through Scoop.it from: www.lagazettedescommunes.com

See on Scoop.itActus du Gers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *