Sélectionner une page

Monsieur David Nadaud n’est pas un simple citoyen gascon et nous sommes loin d’être toujours d’accord avec sa vision de la société, mais nous ne pouvons que souligner le fait que nous partageons totalement son point de vue sur les déclarations de la ministre de l’Éducation.
En effet, celle-ci n’hésite pas à travestir la réalité pédagogique connue et reconnue pour la mettre au service non pas des enfants ou de leurs besoins, mais simplement pour justifier des choix inacceptables et antirépublicains qui ne sont guidés que par des objectifs comptables, au mépris de toutes autres considérations.

Vos jugements comme par exemple quand vous dites (qu’) »En terme de sociabilité, être dans une petite école c’est un manque» et là exceptionnellement, ma bonne éducation m’interdit de mettre par écrit le fond de ma pensée sur l’absence ostensible de la votre.

Vos contrevérités quand vous précisez : «pour les élèves, être à plusieurs niveaux n’est pas le plus performant pédagogiquement parlant» ?!! Non mais vous avez déjà vu une classe à plusieurs niveau ? La richesse pédagogique que cela génère ? (même si cela demande un peu plus de travail de préparation aux instituteurs)

Votre vision erronée quand vous pensez que dans «une toute petite école c’est aussi un endroit où on a plus de mal à installer des projets artistiques et culturels». Sortez un peu de votre ministère, vous vous rendrez compte qu’il existe des écoles de campagne avec des intervenants extérieurs et des animations comme des écoles de ville avec peu ou pas du tout d’intervenants extérieurs. D’ailleurs c’est dans les écoles de village qu’il est le plus facile d’impliquer les parents et de créer ainsi une réelle communauté éducative, car parents ou grands parents peuvent intervenir en classe à titre bénévole pour partager une passion, un savoir-faire ou un vécu en lien avec les programmes. A moins que vous ne pensiez les projets artistiques et culturels que par le prisme marchand et ostentatoire… Un peu comme Jean-Louis Guilhaumon Vice-Président du Conseil Régional et Maire de Marciac qui expliquait sur une radio du service public qu’avant le festival «Jazz in Marciac» et les infrastructures gravitant autour nous étions dans un désert culturel…

Vos aberrations enfin lorsque par exemple vous nous dites que « C’est dans l’intérêt de leur enfant d’aller dans une école plus vaste ». Est-ce dans l’intérêt de nos enfants d’augmenter leur temps de transport (et donc de fait de diminuer le temps de sommeil) Est-ce dans l’intérêt de nos enfants de se retrouver dans une école sans réelle communauté éducative (qui n’existe réellement que dans les petites écoles) Est-ce dans l’intérêt de nos enfants de ne plus pouvoir pendant les recréations ou les temps pédagogiques en faisant seulement quelques pas ( car le faible nombre d’élèves le permet) d’aller faire des cabanes (géométrie, mathématique, activité manuelle), pécher des têtards et voir leur évolution dans un aquarium (sport, biologie), visiter la ferme voisine (encore sport et biologie), faire un potager et transformer les fruits et légumes (sport, biologie, activité manuelle…) [tout ce que feront les élèves des «vraies» écoles «rentables» mais seulement sur la semaine de classe verte s’ils ont la chance d’en vivre une]

Source : Une ministre à la campagne : coup de gueule d’un rural : David Nadaud