Mais « tenir compte de la réalité territoriale, c’est aussi prendre soin de nos territoires ruraux », a-t-elle assuré, rappelant que 22 conventions ruralité ont été signées et que 30 autres sont en cours de préparation (voir notre article du 30 mai 2016). C’est ainsi que l’académie de Clermont a pu gagner 15 postes malgré 546 élèves en moins, tout comme celle de Limoges (743 élèves en moins). « Et tout cela a été possible grâce à une politique de confiance, de dialogue, entre nous et nos interlocuteurs », s’est-elle réjouie, oubliant un peu vite ceux qui, au sein de l’Association des maires ruraux de France par exemple, parlent de « chantage inadmissible ».

Source : Locatis.info

Une vision que les principaux concernés sont loin de partager