L’étude a porté sur 1.000 m2 de surface cultivée, isolée du reste de la ferme (qui compte 12 hectares au total, dont une majorité de forêt). Sur ces 1.000 m2, nous avons comptabilisé toutes les heures de travail effectuées et nous avons mesuré la performance économique. Les surfaces nécessaires sont certainement supérieures à 1.000 m2 : il faut des espaces supplémentaires pour les bâtiments, des terres non cultivées pour la gestion de la fertilité. Le cas du Bec Hellouin ne permet pas de tirer des conclusio

Source : En agriculture, les micro-fermes ont un très grand avenir

En fait, nous avons rencontré un maraîcher bio installé dans l’espace urbain qui parvient à faire vivre sa famille avec 1000 m² de surface cultivée en zone pavillonnaire. Il vit à côté de son champ et ne parcourt que quelques centaines de mètres pour vendre ses produits au marché bio de la ville.

Peut-être une histoire qui vous plairait…