rural

Le citoyen d’une commune de 500 habitants, pour la Dotation Globale de Fonctionnement de l’Etat, « pèse » deux fois moins que celui d’une commune de 200 000 habitants. Alors même que l’Etat a pris l’habitude de faire financer ses politiques – réforme des rythmes scolaires, accessibilité, transition énergétique, jusqu’aux implantations de gendarmeries… – par les collectivités.La traduction concrète sur le territoire est catastrophique : les trésoreries et les classes continuent de fermer, l’activité des bureaux de poste, des transports ferroviaires et de ce qui reste d’hôpitaux et de maternités de proximité à diminuer, le désert médical à s’étendre.

Exemple frappant : la couverture internet, voire de téléphonie mobile, qui est pourtant présentée comme la voie royale du désenclavement individuel et collectif du pays. Elle est loin d’être optimale et elle n’a même pas commencé en Trés Haut débit sur l’essentiel du territoire.Alors que ce déploiement devrait être achevé depuis longtemps dans un pays développé, un nouveau plan est censé y pourvoir d’ici 2022. Dans la pure logique d’abandon des « territoires inutiles » les opérateurs ne prendront pas en charge l’équipement de 90% des communes ! Lamentable résultat de la libéralisation décidée par l’Union européenne. Et l’Etat n’ayant prévu de financer que 3 Md€ des 14 Md€ que coûte cet équipement, la couverture du pays va encore dépendre du financement des collectivités.

Source : Refuser l’abandon du territoire