Ruralité : pas d' »urgences » à moins d’une heure de route!

La privatisation rampante du système de santé, des logiques territoriales dictées par des considérations purement comptables, des décisionnaires qui ne connaissent plus que la vie en centre-ville de grande métropole et, quelque part, un profond mépris de la vie des ruraux, conduisent à des décisions qui mettent délibérément la vie de nos concitoyens en danger.

Le tribunal de commerce de Mont-de-Marsan statue le vendredi 9 décembre, sur l’avenir de la Polyclinique des chênes (Aire-sur-l’Adour) dont le redressement judiciaire avait été prolongé de 6 mois. Des informations circulent selon lesquelles l’ARS (agence régionale de santé) de la Nouvelle Aquitaine, transférerait le service de chirurgie, le service d’urgences etc. de ladite Polyclinique à l’hôpital de Mont-de-Marsan.
L’ouest du Gers est à environ 30 min de la Polyclinique des Chênes, ce qui est le délai légal maximal fixé par la loi pour accéder à un service d’urgence (selon Élisabeth Dupuy-Mitterrand, présidente de la Communauté de communes du Bas-Armagnac – CCBA). Pour Mont-de-Marsan, ou pour Auch, le délai est de 1 heure.
Or « plusieurs interventions récentes ont montré la fragilité du système existant ».

Source : Nogaro – Contre le démantèlement de la Polyclinique d’Aire – Le journal du Gers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *