Qui sont les 1,6 million de jeunes de 15 à 29 ans vivant dans ces territoires et sont-ils différents des jeunes urbains ? A certains égards, oui, répondent les rapporteurs de l’avis qui mettent en avant des spécificités liées au milieu de vie : une orientation plus fréquente vers la voie professionnelle et une entrée plus précoce sur le marché du travail, un mode de vie et un accès aux formations, à l’emploi et aux services fortement conditionnés par la question de la mobilité ou encore des inégalités entre jeunes femmes et jeunes hommes plus marquées. Ainsi, dans les zones de revitalisation rurale, 61% des demandeurs d’emploi de moins de 25 ans sont des femmes, contre 50% en France métropolitaine en moyenne.
L’avis met aussi l’accent sur le dynamisme de ces jeunes – plus souvent bénévoles à la campagne qu’en ville – ou encore sur leur absence de confiance dans les politiques.
Symétriquement, les élus locaux ne s’intéresseraient que peu à ces jeunes.

Source : Le Cese préconise de confier aux communautés de communes une compétence « jeunesse » obligatoire