Avant de reculer de 2,7% entre 2014 et 2015, cet indicateur avait progressé de 9,4% entre 2013 et 2014. Entre la période 2012-2014 et 2013-2015, il a progressé de 4,2%. Mais il avait augmenté de 5,8% entre 2011-2013 et 2012-2014. L’association Générations Futures a souligné que le recul annuel des ventes de pesticides était beaucoup plus prononcé en zones non agricoles (-14%), c’est-à-dire essentiellement dans les jardineries. La FNSEA, premier syndicat agricole français a pour sa part salué cettepremière baisse, soulignant que c’était la preuve que « l’écologie incitative est plus efficace que l’écologie punitive ». Elle a également demandé de soutenir la recherche et l’innovation pour garantir des « solutions alternatives ».

Source : Pesticides: les ventes reculent en France pour la première fois depuis 2008 – Magazine GoodPlanet Info

Une baisse pas vraiment significative si l’on se réfère aux fortes augmentations précédentes, mais surtout à remettre en perspective avec la disparition permanente des exploitations, des paysans et le mitage des terres agricoles par les activités périurbaines. Remplacer la pollution agricole par l’imperméabilisation des terres et la pollution urbaine n’est pas non plus une option très enviable…