Mais le MODEF s’insurge contre la volonté des industriels qui pilotent le Comité Interprofessionnel du foie gras (CIFOG) d’imposer « le confinement de toutes les volailles(…) Nous concluons de l’expérience de ce deuxième épisode  que le confinement ne constitue absolument pas un rempart contre la dissémination du virus. Des couvoirs d’une grande rigueur sanitaire ont été contaminés. Les salles de gavage n’ont pas été épargnées (…) En réalité, la biosécurité  sert ici de caution à une intégration irréversible des producteurs dans la filière. Comme les laitiers, tenus par les emprunts à rembourser, les producteurs auront-ils d’autres choix que de continuer à produire à n’importe quel prix ? », interroge le MODEF avant de conclure en ces termes sa lettre à Stéphane Le Foll : « Nous demandons que le ministre de l’Agriculture et la direction générale de la concurrence et de la répression des fraudes  refusent tout accord interprofessionnel qui remettrait en cause l’élevage de plein air et la diversité des modes de production générateurs de valeur ajoutée et d’emplois dans nos territoires »

Source : Quelles leçons tirer de l’épizootie de grippe aviaire ? | L’Humanité