Sélectionner une page

Depuis 10 ans le Gers bénéficiait d’un système assez unique en France de plateforme de régulation commune des urgences réunissant les médecins urgentistes du SAMU et une permanence des sapeurs-pompiers du Gers. Unilatéralement, l’Agence régionale de santé (ARS) vient de suspendre sa participation à cette plateforme pour toute la période estivale. Concrètement, les médecins urgentistes régulateurs du SAMU coopérant avec le Sdis ne seront plus, les nuits, basés dans le Gers mais à au CH Purpan en Haute-Garonne. Cette décision fragilisera l’articulation entre médecins et sapeurs-pompiers. Elle risque de se traduire pour une nouvelle hausse des interventions du SDdis pour des situations qui ne relèvent pas de ses missions premières. Je rappelle qu’en 10 ans le nombre d’interventions des sapeurs-pompiers gersois est passé de 6 000 à 13 000 soit une hausse de 120 % financée par les contribuables. Cet éloignement de la gestion des urgences pose une nouvelle fois la question de l’organisation des soins dans le Gers.

Source : Régulation des urgences : le président du SDIS tire le signal d’alarme – 11/06/2017 – ladepeche.fr