S’il était important et urgent d’offrir le meilleur cadre de travail possible aux enfants de l’un des quartiers les plus pauvres de France, il ne faut pas perdre de vue que tout cela se fait plutôt à moyens constants du point de vue de l’Éducation nationale. C’est à dire que pendant que l’on met en vitrine l’école du Garros, on prend grand soin de ne pas évoquer la situation ailleurs.

L’école D’Artagnan (qui aura donc un autre nom bientôt) vient de faire sa rentrée en recevant les effectifs de l’école Marianne dans le cadre d’une fusion sur le secteur du Garros. Durant l’été, cette école de 6 classes pour 113 élèves a fait l’objet d’une cure de rajeunissement (peintures, isolation phonique, tableaux neufs…). Inscrite dans le périmètre Réseau d’éducation prioritaire, elle bénéficie du dispositif «plus de maîtres que de classes». Soit 7 enseignants. Depuis la rentrée, elle est dirigée par Pascale Cornil. Au cours de sa visite, la rectrice a indiqué que, a priori, l’an prochain, le niveau CP de l’école entrerait dans le dispositif dédoublement de l’effectif (deux classes à 12 élèves). dans deux ans suivrait le niveau CE1. «Nous n’aurons donc pas la division d’une classe et un maître en plus au même endroit», a indiqué Hélène Bernard. «À Auch, une école se regroupe, avec un bon projet et à la clé une belle amélioration des locaux, a souligné la rectrice pour expliquer sa venue.Le premier degré, s’est la priorité du ministre. Je voulais un peu échanger avec le sénateur-maire, les enseignants…»

Source : La rectrice en visite à Auch – 06/09/2017 – ladepeche.fr

En effet, à seulement quelques kilomètres de là, dans des écoles n’accueillant pas forcément un public beaucoup plus favorisé, il y a des professeurs qui doivent assumer pas moins de 28 élèves de 3 à 6 ans dans une classe de 30m², avec des ATSEM même pas à plein temps…

Enregistrer