Dans le but de préserver les champs entre les récoltes, une technique consiste à y faire pousser de l’herbe. Cela permet, entre autres, de limiter la perte de l’azote, de dynamiser l’activité biologique et de protéger l’érosion du sol durant l’hiver.

Problème : dans le cas du maïs notamment, les récoltes se font en octobre, une période au climat peu propice à la pousse. Ça ne date pas d’hier, et les ingénieurs agronomes ont pensé résoudre le problème en anticipant la semence de quelques semaines, avant la récolte, pour laisser le temps aux germes de sortir de terre, profitant des derniers rayons de soleil de l’été et de l’arrosage du maïs, sans pour autant concurrencer son épanouissement.

Pour semer avant récolte, les agriculteurs se servent d’enjambeurs ou d’hélicoptères, mais les premiers ont le défaut d’abîmer les sols, les seconds de ne pas répartir les semences de façon homogène dans les champs. La solution pourrait alors venir des drones. C’est pour répondre à ces questions qu’ont été réalisés des tests sur un champ de maïs de la commune de L’Isle-de-Noé, dans le Gers, à la fin du mois d’août.

Source : L’épandage par drone testé dans le Gers – 12/09/2017 – ladepeche.fr

Enregistrer