Tracteur traitant un champ

Question vitale pour l’avenir de l’humanité : l’alimentation des 9,1 milliards de personnes qui habiteront la Terre en 2050, soit une augmentation de 34% par rapport à la population actuelle de 7,55 milliards en seulement 32 ans. Rappelons que la population mondiale n’était que de 3 milliards en 1960, au début de la Révolution verte. Cette révolution est aujourd’hui mise sur la sellette en raison de ses effets aussi bien sur le réchauffement climatique dont il est question en ce moment à Bonn où se tient la COP23, que sur l’environnement et la santé humaine en raison de la pollution par l’utilisation massive de pesticides et d’herbicides, sur la biodiversité, l’appauvrissement des sols ou encore la question cruciale des ressources en eau. Ainsi, le glyphosate fait toujours l’actualité en Europe. Alors existe-t-il des alternatives à l’agriculture intensive qui permettent de nourrir la planète sans la polluer, sans dégrader notre santé et sans contribuer au réchauffement climatique ? Quel le potentiel de l’agriculture de précision, de la permaculture ou de l’agroécologie ?

Source : Peut-on cultiver sans polluer ?