Soutenue par un avocat du barreau de Toulouse, la lanceuse d’alerte Céline Boussié, 38 ans, domiciliée à Agen, n’a pas attendu d’être relaxée par le tribunal correctionnel de la ville pour contre-attaquer. En janvier 2017, elle a porté plainte pour harcèlement moral avec constitution de partie civile contre sept membres de la Maison des enfants de Moussaron (Gers) dont la déléguée syndicale Force Ouvrière. La plainte a été déposée auprès d’un juge d’instruction d’Auch.

C’est d’ailleurs à Auch que le procureur de la République a classé sans suite neuf des dix plaintes déposées par les familles d’enfants admis dans cet établissement épinglé par l’Inspection générale IGAS et par un rapport de l’agence régionale de santé (ARS) de Midi-Pyrénées en 2013 et 2014.

Le 21 novembre dernier, Céline Boussié a été relaxée du chef de diffamation par ledit tribunal correctionnel, après deux ans de procédure. Sur Europe 1 et LCI, cette lanceuse d’alerte proche de la France Insoumise avait décrit une « maltraitance institutionnelle » au sein de l’institut médico-éducatif.

Source : La lanceuse d’alerte qui avait dénoncé des maltraitances envers des enfants porte plainte