La crise agricole est d’abord et surtout une crise du sol

Champs fleuri avec tracteur chargé de produits phytosanitaires

Année après année, la crise agricole s’intensifie : des rendements au plus bas dans la moitié Nord de la France suite à la pluviométrie tropicale du mois de mai puis la sécheresse consécutive de l’été 2016. Pourtant, le changement climatique n’est pas le seul responsable de ces désastres agricoles. En réalité,

Maraichage bio, permaculture et agroforesterie

« Ici, on s’oriente vers des techniques de jardinage naturel et d’agroforesterie. À terme, l’idée est de créer un système auto-fertile et autonome, avec beaucoup moins d’intrants, un peu d’ombre légère, des nutriments et de l’eau puisés par les racines des arbres. Certains d’entre eux sont des légumineuses qui fixent l’azote de l’air dans le sol.

« En produisant autrement, l’agroécologie redonne des marges de manœuvre à l’agriculture »

Pour une fois, ce n’est pas nous qui le disons, mais François Houllier de l’Inra. Et son argumentaire est publié dans un journal pas vraiment écolo libertaire.

Il est temps que l’agriculture entre dans une nouvelle ère, une ère de respect : de la biodiversité, des personnes et plus particulièrement de la vie et de la santé des agriculteurs dont on a plus en plus de mal à occulter qu’elles sont gravement menacées par les pratiques agricoles actuelles,

Soigneurs de terres

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, 70 années d’agriculture industrielle intensive ont épuisé les sols français. Rencontre avec des hommes et des femmes qui tentent de lutter contre ce phénomène.

Soixante-dix ans d’agriculture industrielle intensive ont épuisé les sols français. Les rendements baissent et les bonnes terres réduisent comme peau de chagrin.