La cavalerie commerciale continue dans le Gers

La méthode Coué donne d’assez médiocres résultats en terme de spéculation commerciale. Alors que pratiquement toutes les zones de chalandise sont en perte de vitesse — la multiplication des surfaces commerciales n’engendrant bizarrement pas celle des moyens des consommateurs — la spéculation foncière et immobilière liée aux implantations commerciales périphériques continue à jouer aux chaises musicales.

Une association pour favoriser la vente du bio local en grande surface

L’objectif est de créer une plateforme de valorisation et de commercalisation de produits biologiques issus du terroir.
Déjà des agriculteurs locaux ont manifesté leur intérêt pour cette initiative qui leur permettrait de développer des surfaces maraîchères en diversifiant la production de céréales. les produits seraient collectés , lavés, épluchés mis sous vide ou transformés en conserves. 

À Nogaro, coup de tonnerre à l’association des commerçants

Ce 17 mai, c’est un coup de tonnerre qui a retenti à l’assemblée générale de NogaroLiens, l’association des commerçants, artisans et professions libérales de Nogaro. Ce qui se disait à mots couverts a été confirmé par Christian Peyret, maire de Nogaro et par Frédéric Galopin, manager de villes, qui ont ouvert et animé la réunion : l’ancien président aurait reconnu avoir tiré des chèques et effectué des retraits d’espèces pour son usage personnel.

Agriculture : des logiciels pour les «circuits courts»

Il ne suffit pas de décréter qu’on va manger local. Encore faut-il que les agriculteurs soient organisés pour cela et y trouvent leur compte financièrement.

Sourced through Scoop.it from: lejournal.cnrs.fr

La prise de conscience qui pousse les consommateurs à rechercher la qualité nutritionnelle près de chez eux est une réelle opportunité pour les agriculteurs et plus particulièrement les maraichers.

De jeunes agriculteurs lancent leur épicerie locale et participative

Quatre jeunes agriculteurs bretons ont imaginé un concept d’épicerie locale paysanne et collaborative : Élocop. Regroupés au sein d’une association, ils proposent des produits locaux, garantis sans OGM et sans antibiotiques, issus de filières de production durable. En attendant l’ouverture du magasin, courant 2016, qui sera le premier de ce type dans le Pays de Morlaix,

Le paradoxe du locavore

Marché local

Intéressante enquête qui nous vient tout droit de Belgique sur les attentes des consommateurs. Un peu lassés par le bizness du bio où des prix stratosphériques ne garantissent finalement plus rien d’autre que les profits des revendeurs, les citoyens recherchent des moyens simples de se fournir en priorité auprès des agriculteurs de leur territoire.

Quand l’épicerie bio vient à vous

Lutter contre la désertification rurale, c’est aussi proposer des services intelligents qui vont à la rencontre des gens.

Cette épicerie itinérante, qui débute ses tournées ce jeudi 3 mars 2016, offre un débouché à 25 producteurs alsaciens ou lorrains. La boutique est installée dans un grand bus tout neuf. Elle assurera des tournées régulières autour de Haguenau,

La crise agricole vue des rayons (2) | Olivier Dauvers

Même si nous ne sommes pas d’accord sur tout, nous continuons à vous inviter à suivre les questions agroalimentaires, mais du point de vue des grandes surfaces. Un complément d’information indispensable sur un site hautement recommandable.

Après, nous passerons notre tour quant à ce que nous inspire les vins aromatisés. Mais franchement, si vous aimez ça,

La crise agricole vue des rayons (1) | Olivier Dauvers

Si nous ne partageons pas l’ensemble de l’analyse « agricole’ d’Olivier Dauvers (par ailleurs très bon dans son domaine d’expertise, les grandes surfaces commerciales), nous ne pouvons que l’accompagner dans sa démarche de dénoncer les mentions légales insuffisantes et de nature à tromper les consommateurs sur la marchandise.

Après, réduire la nourriture à du minerai… est probablement le plus gros fléau de l’agriculteur moderne.

La boucherie participative de Barcelonne-du-Gers

Les bonnes nouvelles s’étant faites rares cette année, il est effectivement de bon ton de terminer avec une histoire positive!

Cela faisait 20 ans que le village gersois n’avait plus de boucherie. Pour rouvrir un commerce, les trois associés parviennent très rapidement à récolter 10 000 euros via internet.

La malédiction des phosphates : dans les coulisses polluées et désertifiées de l’agriculture chimique

Comme d’habitude, un très bon papier de nos amis de Bastamag sur les ravages d’une agriculture qu’on nous a vendue comme incontournable.

À rapprocher des mouvements de contestations des éleveurs, étranglés entre des investissements totalement hors de proportion avec les bénéfices qu’ils peuvent attendre légitimement de leur activité et les prix, délibérément indigents,

Les soldes d’été ont-ils toujours un sens ?

La véritable question, toujours éludée, est plutôt de savoir si les soldes existent encore vraiment. Alors que les magasins sont censés brader les invendus, nombreux sont les consommateurs qui se sont rendus compte de pratiques pour le moins… discutables.

Il n’est pas rare de constater que dans les semaines qui précèdent les soldes,