Najat Vallaud-Belkacem s’est félicitée du succès des « conventions ruralités »

Mais « tenir compte de la réalité territoriale, c’est aussi prendre soin de nos territoires ruraux », a-t-elle assuré, rappelant que 22 conventions ruralité ont été signées et que 30 autres sont en cours de préparation (voir notre article du 30 mai 2016). C’est ainsi que l’académie de Clermont a pu gagner 15 postes malgré 546 élèves en moins,

Apporter une aide logistique aux agriculteurs pour booster les circuits courts

De l’intérêt de l’implication des collectivités locales aux côtés de agriculteurs, non seulement à travers la commande publique, mais aussi l’aide en amont : état des lieux, logistique, mise en commun et en relation avec les autres agriculteurs du territoire.

Nombre d’agriculteurs ne peuvent pas avoir recours aux milliers de circuits courts existants,

Le bonneteau mondial des terres agricoles

Les rachats de terres agricoles par des multinationales sont en croissance permanente à travers le globe et posent de nombreux problèmes : pollution, expropriation des populations locales, diminution des autonomies alimentaires nationales, etc. Les investisseurs – qu’ils soient des gouvernements ou des firmes internationales – ont entamé ces opérations de rachats depuis une quinzaine d’années avec des objectifs aussi variés qu’assurer la souveraineté alimentaire de leur propre pays,

« Escale en Armagnac » premier film d’une série sur le Gers

Affiche escale en Armagnac

La richesse et la diversité du Gers m’ont donné envie de consacrer davantage qu’un seul film au département. J’ai choisi de lancer une collection dont chaque film s’attachera à un territoire géographique : l’Armagnac, la Lomagne, le Pays d’Auch, le Val d’Adour, Arrats & Saves et l’Astarac.

Des territoires qui ont bien entendu beaucoup de choses en commun,

Destruction du tissu scolaire rural : et si on montait les écoles les unes contre les autres!

La question de l’école concentre sur elle toutes les problématiques de l’abandon constant et programmé des zones rurales, parce que c’est le dernier service public dont tout le monde a besoin un jour ou l’autre.

Dans La Petite Gascogne, nous démontons le processus à l’œuvre depuis des années, aussi nous n’avons pu qu’être goguenards quant à l’identité de ce fameux parent d’élève dégotté par nos confrères.

Le démantèlement rural par les écoles

Dans La Petite Gascogne, nous n’avons de cesse de dénoncer l’abandon programmés des territoires ruraux par les instances décisionnaires qui sont immanquablement urbaines et donc très éloignées de réalités de terrain de nos campagnes.

Service public après service public, l’idéologie économiste détruit méticuleusement le tissu territorial sans jamais proposer d’autres alternatives que la soumission des espaces ruraux aux seuls besoins des métropoles : fournitures de ressources alimentaires et de lieux villégiatures,

Lotissement aérien : un projet qui fâche

Nous attendons avec une curiosité non feinte les arguments détaillés qui permettent de justifier ce genre de projet et ses coûts, réels et surtout induits, pour la population locale, ainsi que des études exhaustives sur les précédents projets de cet acabit.

Sinon, on ne voit pas trop, effectivement, l’intérêt de ce genre d’investissement pour le territoire concerné et sa population.

Destruction totale programmée de l’entreprise Comtesse du Barry

Il faut toujours se méfier des rachats industriels, surtout quand l’acheteur jure la main du le cœur qu’il ne va rien changer.

En attendant, les politiques de concentrations industrielles continuent à détruire de l’emploi et à appauvrir à peu près tout le monde. Dans ce cas précis, il s’agit du démantèlement d’une entreprise centenaire profitable et de l’appauvrissement d’un territoire déjà fort peu industrialisé.