De nouvelles vignes résistantes aux maladies pour diminuer l’usage des pesticides

Vendanges à la main

Fruit de ces 15 années d’avancées, on est passé « d’une moyenne de 15 traitements par an (de fongicides, NDLR) à un, voire deux traitements, surtout pour venir à bout d’autres maladies ou parasites », résume Didier Merdinoglu.

« Ce qui fait la différence par rapport à ce qu’on pouvait faire il y a 30 ans c’est l’accès à la génétique moléculaire.