Sélectionner une page

Nogaro était le point d’orgue de la campagne du premier tour des élections législatives vendredi dernier. Deux des candidats de la première circonscription du Gers venaient battre le rappel de leurs troupes dans la petite ville.

Banquet républicain pour le PS


Un bon repas : rien de tel pour resserrer les rangs.

Forts du succès de la réunion gastronomique de Barcelone du Gers, les responsables de la campagne de Philippe Martin ont décidé de renouveler l’exploit à  l’impromptu en organisant un buffet républicain en moins de cinq jours sur Nogaro. Les figures locales du PS se sont retrouvées entourées de près de 180 militants : Jean-Pierre Pujol, maire de Nogaro et suppléant à  la législative a reçu Philippe Martin candidat sortant pour la première circonscription du Gers et Élisabeth Mitterrand, conseillère régionale PS et maire de Sion. L’heure était tout de même plutôt grave, et devant la perspective d’une vague UMP à  l’Assemblée, élus et militants étaient invités à  se serrer les coudes dans l’adversité.

Les Nogaroliens ont voté à  plus de 54% pour le candidat PS.

Comité restreint pour les Alternatifs


Côté gauche alternative, c’est le calme plat des électeurs pour une tempête d’idées chez les militants.

Le candidat de la Gauche Alternative (parti de José Bové) avait également choisi Nogaro comme point d’orgue de sa campagne. Jean Falco et sa suppléante Quitterie Lafforgue ont réuni 5 personnes à  la mairie de Nogaro. Les partis de la gauche antilibérale, sévèrement sanctionnés lors de la présidentielle d’il y a un mois sont en quête d’un nouveau projet et sont sans illusion sur les scores à  espérer des législatives 2007. En fait de meeting de campagne, la réunion consistait à  tirer les leçons du passé et à  réfléchir aux nouvelles orientations pour l’avenir, faisant l’impasse sur un scrutin que tout le monde s’accorde à  prédire sans surprise dimanche prochain.


Philippe Martin, pratiquement assuré de sa réélection. Mais pour le PS, l’heure des comptes semble avoir sonné.

Élisabeth Mitterrand à  la tribune