Gers : les syndicats dénoncent la fermeture de 12 écoles rurales dans le département

Banderole : "école en danger"

Il y a des besoins à l’Isle-Jourdain, alors l’inspectrice propose des fermetures dans des petits villages à l’ouest ou au sud du département. — Betty Jenditessier, Snuipp-Fsu
Selon le Snuipp-FSU, depuis deux ans, 12 petits villages gersois ont déjà vu leur école fermer. Ce chiffre va doubler à la rentrée 2017 avec 12 nouvelles fermetures.

Najat Vallaud-Belkacem s’est félicitée du succès des « conventions ruralités »

Mais « tenir compte de la réalité territoriale, c’est aussi prendre soin de nos territoires ruraux », a-t-elle assuré, rappelant que 22 conventions ruralité ont été signées et que 30 autres sont en cours de préparation (voir notre article du 30 mai 2016). C’est ainsi que l’académie de Clermont a pu gagner 15 postes malgré 546 élèves en moins,

Le piège des conventions pour « construire une école rurale attractive »

4472162513_784a09a0ab_b-1024x6851

On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre!
Comme nous le rabâchons sans cesse, le projet de l’Éducation Nationale est bien de détricoter l’école républicaine libre et gratuite, particulièrement dans les territoires jugés comme négligeables, comme les banlieues défavorisées ou les zones rurales. Il s’agit, dans un objectif purement comptable de renforcer à cout constant les moyens dans les centres-villes des métropoles où se concentrent aujourd’hui les activités à forte valeur ajoutée.

La ruralité revient à l’agenda du gouvernement

ruralité

À moins d’un an de l’élection présidentielle, le gouvernement cherche à reconquérir l’électorat rural, qui aux élections régionales a voté en masse pour le Front national. Il met en tout cas en avant le bilan de son action, comme l’a fait, le 10 mai, le ministre de l’Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales.

Les contrevérités de la ministre de l’Éducation

Monsieur David Nadaud n’est pas un simple citoyen gascon et nous sommes loin d’être toujours d’accord avec sa vision de la société, mais nous ne pouvons que souligner le fait que nous partageons totalement son point de vue sur les déclarations de la ministre de l’Éducation.
En effet, celle-ci n’hésite pas à travestir la réalité pédagogique connue et reconnue pour la mettre au service non pas des enfants ou de leurs besoins,

La ministre de l’Éducation nationale vendredi à Auch

Une bonne occasion de lui demander où sont passés les moyens supplémentaires qui devaient être alloués aux ZEP, ainsi que de parler du patient travail de désertification scolaire entrepris depuis des années dans les zones rurales, et pas seulement celles du Gers.

La ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem effectuera une visite officielle vendredi 15 avril à Auch.

La grande guerre nationale contre les petites écoles

Comme nous le martelons depuis bien longtemps, la casse programmée des petites écoles est une guerre nationale, essentiellement menée contre les zones périphériques, que ce soit les banlieues ou les zones rurales. Il s’agit d’une logique comptable, mais aussi d’une volonté délibérée d’affaiblir la qualité de l’école publique et républicaine. Comme pour beaucoup de services publics dans le collimateur néolibéral,

Fermetures d’écoles programmées : concours de langue de bois remportée

On apprécie l’exercice de haute voltige lexicale de l’actuelle représentante de l’académie, toujours dans l’optique d’un plan unique qui consiste à faire tourner le jeu des chaises musicales entre villages, année après année, jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’une école par canton.

C’est cela, concrètement, que l’on appelle le maillage du territoire.

Destruction du tissu scolaire rural : et si on montait les écoles les unes contre les autres!

La question de l’école concentre sur elle toutes les problématiques de l’abandon constant et programmé des zones rurales, parce que c’est le dernier service public dont tout le monde a besoin un jour ou l’autre.

Dans La Petite Gascogne, nous démontons le processus à l’œuvre depuis des années, aussi nous n’avons pu qu’être goguenards quant à l’identité de ce fameux parent d’élève dégotté par nos confrères.

L’avenir de la ruralité vu de Paris : une école par canton (dans un premier temps!)

«Si on le voulait, on pourrait avoir 1 000 habitants en 10 ans, la pression est forte sur le foncier, ici. Mais ce n’est pas le but. Il faut du locatif. Un lotissement de 13 logements sociaux est prévu qui apportera encore des familles et des enfants. En pavillonnaire, les enfants partent un jour, sans se renouveler».

La lutte pour l’école rurale s’organise

On peut poser la question autrement : les habitants des zones rurales sont-ils des citoyens à part entière ou de seconde catégorie, avec des accès restreints aux services publics?

Une initiative organisée en amont du comité de pilotage du protocole de la carte scolaire que la directrice des services académiques réunira le 28 janvier,

Le démantèlement rural par les écoles

Dans La Petite Gascogne, nous n’avons de cesse de dénoncer l’abandon programmés des territoires ruraux par les instances décisionnaires qui sont immanquablement urbaines et donc très éloignées de réalités de terrain de nos campagnes.

Service public après service public, l’idéologie économiste détruit méticuleusement le tissu territorial sans jamais proposer d’autres alternatives que la soumission des espaces ruraux aux seuls besoins des métropoles : fournitures de ressources alimentaires et de lieux villégiatures,

Comment on privatise l’école

Comme nous l’avions déjà dénoncé l’année dernière, la réforme des rythmes scolaires portait en germe le dépeçage de l’école publique gratuite pour tous. Les temps périscolaires, présentés fallacieusement comme l’ouverture de l’école vers des activités supplémentaires et enrichissantes à destination des enfants qui en étaient privés par les conditions socioéconomiques de leur famille sont devenus,

L’objectif a toujours été de fermer les écoles rurales et de liquider les RPI

Cela fait des années que nous le répétons : l’éducation de proximité et de qualité des petites écoles rurales a toujours été dans le collimateur de la politique nationale d’éducation, une politique assez méprisante des besoins réels de la population en général et des enfants en particulier, une politique essentiellement dictée par des urbains de centre-ville qui ont eu accès généralement aux meilleurs établissements et aux filières d’excellence,

Périscolaire : payant, comme prévu!

Il n’y a que les naïfs qui n’ont pas vu arriver le loup du périscolaire dans la bergerie de l’école publique gratuite pour tous. Depuis le premier jour, il était évident qu’il s’agissait pour l’Éducation nationale d’externaliser une partie de ses obligations scolaires pour en faire supporter le coût, dans un premier temps par les collectivités locales,

Des instituteurs embauchés en CDD

Le processus de démontage des zones rurales se poursuit patiemment avec la précarisation des personnels enseignants. En fait, il faudrait plutôt comprendre le démontage du métier d’enseignant, car il est aberrant de penser qu’une personne est apte à enseigner à de jeunes enfants juste avec une licence en poche. Car enseigner, ce n’est pas savoir,

Une enquête sur Marciac

Communiqué

Toulouse, le 18 décembre 2008

Mission d’enquête

Collège de Marciac (Gers)
Ecole des métiers de Pavie (Gers)

La Commission nationale Citoyens-Justice-Police, composée de la Ligue des droits de l’Homme (LDH), du Syndicat des avocats de France (SAF), du Syndicat de la magistrature (SM), est saisie, par des personnes concernées,

Prévention musclée au collège de Marciac

J’ai eu cette semaine un mail concernant une descente de police dans un lycée du Gers… On a pu entendre aussi le témoignage sur France inter. J’étais absolument abasourdi par les méthodes utilisées… Mais vous savez parfois on se dit que les gens exagèrent dans leur témoignage…. Bref, je reste interrogateur !

Mais voilà  que ce WE,