Une gendarmerie vendue aux enchères dans le Gers

Chroniques de la désertification rurale…

Depuis ce matin sur le site Agora store, une gendarmerie est à vendre, aux enchères, jusqu’au 20 janvier.Un ensemble de 3500 m2 composé de cinq maisons autour du bâtiment principal est mis en vente à partir de 389.000 euros.Ces bâtiments du début du 20ème siècle ont été rénovés dans les années 80.Les derniers gendarmes résidents ont quitté les lieux en 2013.

Les besoins exprimés par les jeunes médecins

Maison de santé

Opération « découverte » dans le Gers, on l’on demande aux principaux intéressés ce qui les motiverait pour exercer dans la ruralité. Sans surprise : des services publics pour la famille et des opportunités d’emplois qualifiés pour les conjoints.

C’est aussi tout un environnement, médical et non-médical, que les internes prennent en compte : «Le Gers manque de médecins spécialistes,

États généraux de la démographie médicale dans le Gers

Prendre conscience du problème de la désertification médicale du Gers rural et excentré est plutôt une bonne chose. Mais le fond du problème, comme nous le répétons régulièrement, est sociologique et économique : un territoire qui perd régulièrement ses services publics n’est pas attractif pour les jeunes familles,

Instauration des « contrats de ruralité »

Le troisième Comité interministériel aux ruralités a eu lieu vendredi 20 mai à Privas en Ardèche. Principale décision : conclure des « contrats de ruralité » devant permettre d’ »agréger » les divers dispositifs sectoriels (et leurs financements) destinés à un même territoire rural. Parmi les 36 autres nouvelles mesures listées par le gouvernement, on retrouve beaucoup de dispositions déjà connues qu’il s’agit simplement d’élargir,

La ruralité revient à l’agenda du gouvernement

ruralité

À moins d’un an de l’élection présidentielle, le gouvernement cherche à reconquérir l’électorat rural, qui aux élections régionales a voté en masse pour le Front national. Il met en tout cas en avant le bilan de son action, comme l’a fait, le 10 mai, le ministre de l’Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales.

Offre de soins en milieu rural : «Le signal d’alarme»

Enfin une approche pragmatique de la désertification médicale en milieu rural qui commence — il était temps! — par demander leur avis aux principaux intéressés, à savoir les jeunes médecins.

Comme nous l’avons déjà longuement décrit ici, les principaux obstacles sont sociologiques et économiques. Le fait que l’on prenne enfin en compte la question des familles,

Accès des ruraux aux services publics

« On a une solution : on va donc commencer par vous créer le problème qui va avec! »

C’est ainsi que l’on pourrait résumer le fameux schéma d’amélioration de l’accessibilité des services au public sur lequel les territoires ruraux doivent à présent plancher. En gros, il aurait suffi de commencer par ne pas systématiquement les démonter,

Les postiers en grève

Lentement, mais surement, le service public essentiel qu’est La Poste se dégrade dans les zones périphériques, avec, aux premières loges, les postiers.

Leurs effectifs sont sans cesse revus à la baisse : non remplacement des départs à la retraite et même incitations financières à la démission et à la reconversion dans d’autres secteurs.

La grande guerre nationale contre les petites écoles

Comme nous le martelons depuis bien longtemps, la casse programmée des petites écoles est une guerre nationale, essentiellement menée contre les zones périphériques, que ce soit les banlieues ou les zones rurales. Il s’agit d’une logique comptable, mais aussi d’une volonté délibérée d’affaiblir la qualité de l’école publique et républicaine. Comme pour beaucoup de services publics dans le collimateur néolibéral,

Mobilisation générale contre la désertification rurale

Depuis le début nous écrivons dans ces colonnes sur la nécessité de sauvegarder une société civile rurale avec ses métiers, ses infrastructures et ses services publics. La vision de la ruralité construite par les métropoles est une politique d’exploitation des ressources, exactement comme pour n’importe quel pays colonisé.

manif_auch

Il est d’une importance vitale que le tissu socioéconomique rural soit préservé de la tentation de faire des campagnes des sortes de « réserves d’indigènes »,

Services publics ruraux : l’abandon de La Poste

On aime les jolis mots gonflés d’espoirs comme des merveilles : «logique de mutualisation». Ce qu’il faut plutôt lire comme : logique de désertification.

Suppressions de postes, allongement des tournées, non replacement des agents malades, réduction des horaires d’ouverture afin de faire baisser la fréquentation, ce qui justifiera au final la fermeture d’un autre petit bureau de poste rural,

Le jeu des chaises musicales continue pour l’éducation en milieu rural

Année après année, on supprime des postes d’enseignants en zone rurale, on ferme des classes, puis des RPI, avec la concentration des établissements en objectif final.

«On est dans une politique où on racle les fonds de tiroirs… Nous avons un système pour mesurer le taux d’encadrement : on mesure le nombre d’heures totales par rapport au nombre d’élèves.

La lutte pour l’école rurale s’organise

On peut poser la question autrement : les habitants des zones rurales sont-ils des citoyens à part entière ou de seconde catégorie, avec des accès restreints aux services publics?

Une initiative organisée en amont du comité de pilotage du protocole de la carte scolaire que la directrice des services académiques réunira le 28 janvier,

Le démantèlement rural par les écoles

Dans La Petite Gascogne, nous n’avons de cesse de dénoncer l’abandon programmés des territoires ruraux par les instances décisionnaires qui sont immanquablement urbaines et donc très éloignées de réalités de terrain de nos campagnes.

Service public après service public, l’idéologie économiste détruit méticuleusement le tissu territorial sans jamais proposer d’autres alternatives que la soumission des espaces ruraux aux seuls besoins des métropoles : fournitures de ressources alimentaires et de lieux villégiatures,

Les maisons de santé, remède au désert médical ?

Comme nous l’avons déjà expliqué longuement sur ce site, la problématique de la désertification médicale n’a toujours pas été prise par le bon bout, à savoir ses facteurs sociologiques et non économiques.

Cet aveuglement, bien de notre époque, à tout ce qui n’est pas d’une pseudo-rationalité économique pourrait être cocasse s’il n’était pas porteur de désastres annoncés.

L’objectif a toujours été de fermer les écoles rurales et de liquider les RPI

Cela fait des années que nous le répétons : l’éducation de proximité et de qualité des petites écoles rurales a toujours été dans le collimateur de la politique nationale d’éducation, une politique assez méprisante des besoins réels de la population en général et des enfants en particulier, une politique essentiellement dictée par des urbains de centre-ville qui ont eu accès généralement aux meilleurs établissements et aux filières d’excellence,

Désertification médicale, un acte pas si gratuit!

Avec une population vieillissante, l’offre médicale continue de se réduire dans le Gers, poussée par une logique de concentration et de rentabilité antinomique avec toute politique réelle de santé publique.

L’ouest Gersois est une zone très rurale, à plus de 30 minutes de route du centre urbain le plus proche et totalement dépourvue de transports en commun.

Le Gers, c’est trop loin pour Chronopost

Petite chronique de la désertion programmée des zones rurales par les services publics.

J’ai tressauté à chaque crissement de freins, à chaque lointain tracteur, et j’ai couru à la porte lorsque la postière est passée avec sa camionnette jaune. Elle m’a appris qu’elle ne livrait pas les colis Chronopost, et que ce serait sans doute un transporteur privé qui s’en chargerait.Elle m’a aussi dit que le délai garanti de 48 heures était invraisemblable : ce genre de transporteurs attend d’avoir plusieurs colis à livrer le long d’un itinéraire pour lancer une virée,

La liquidation des services publics ruraux se poursuit

La stratégie – toujours la même – consistant à organiser des ruptures de services, ce qui, logiquement, diminue la fréquentation et donc justifie la fermeture, continue à parfaitement bien fonctionner en milieu rural.

Bien sûr, en fermant des bureaux de Poste pour les remplacer par des « relais » tenus par les commerçants locaux,