Sélectionner une page

Le siècle de Margot

Après un déferlement d’émotions facile à  comprendre, Margot s’est vite ressaisie et s’est mise à  chanter pour le plus grand bonheur de tous.

Beaucoup d’émotions, le 21 juillet dernier, à  la maison de retraite de Nogaro où Marguerite Sarramagna fêtait ses cent ans tout rond.

Le siècle de Margot

Marguerite Sarramagna fête ses 100 ans à  la maison de retraite, entourée de sa famille et des pompiers vétérans de Nogaro.

Il faut bien dire que Marguerite n’est pas une centenaire comme les autres, car elle fut la femme d’Urbain Sarramagna, pompier volontaire de Nogaro, fauché dans la fleur de l’âge, il y a déjà  37 ans. Or, les pompiers vétérans n’ont pas pour habitude d’oublier les leurs, y compris les conjointes qui soutiennent les hommes du feu tout au long de leur service et supportent leurs absences intempestives et l’attente; la très longue attente de celles qui savent qu’en intervention, les pompiers risquent toujours leur peau pour sauver la nôtre. C’est pour cela que les pompiers vétérans de Nogaro se sont déplacés nombreux pour fêter le centenaire de leur doyenne!

Mais Marguerite n’a pas chômé pendant qu’Urbain affrontait le danger. Brodeuse de son état, elle a élevé son petit fils après la mort prématuré de ses parents, puis aussi son arrière-petit-fils, Loà¯c Bombelli, aujourd’hui secrétaire général de la Communauté de Communes du Bas-Armagnac, en poste à  Nogaro. À ce jour, la descendance de Margot atteint quatre générations.

Mais cette belle longévité ne nuit pas le moins du monde au dynamisme de l’aà¯eule qui, après avoir essayé quelques larmes d’émotions, s’est empressée d’entonner d’une voix encore sûre une de ces chansons qu’elle affectionne tant.

Blogged with Flock