Sélectionner une page

Sous le signe de la vache
le jeu de la cocarde, très populaire, permet aux jeunes hommes (et aussi aux jeunes femmes, parfois) de descendre dans l’arène taquiner la coursière.

À voir le temps qu’ont subi les aoûtiens cette année, on ne peut s’empêcher de penser que les Nogaroliens ont eu une chance infernale lors des dernières fêtes de la ville : ciel dégagé et températures clémentes se sont conjugués pour assurer aux aficionados de tous horizons des fêtes parfaitement réussies.

Sous le signe de la vache
Dans la course, parvenir à  attraper la cocarde tout en esquivant la bête : un sacré pari sur l’équilibre et la vélocité.

Un peu comme à  Bayonne ou Pampelune, hauts lieux célèbres des célébrations taurines, les fêtes de Nogaro se parent essentiellement de deux couleurs : le blanc et le rouge.

Après le corso fleuri ou la pétanque, les fêtes se sont concentrées sur les arènes, avec les jeux de cocarde ou le très attendu festival de course landaise du 15 août, point d’orgue des festivités.

Sous le signe de la vache
La tumade de Samuel Carrère. La tumade est le choc entre la vache et l’écarteur.

Le jeu de la cocarde permet à  de jeunes amateurs de descendre dans l’arène se mesurer aux coursières. Une cocarde retenue entre les deux cornes de l’animal est l’objectif des apprentis coursayres qui peuvent espérer décrocher une prime de cocarde. Une occasion unique de montrer son habileté et son courage.

Une saison difficile pour les cuadrillas

Sous le signe de la vache
Une saison difficile pour les écarteurs et sauteurs, solidaires autour de l’un des leurs à  terre.

Le festival du 15 août est une exhibition sans enjeu, car hors compétition, mais pas sans risque, comme en témoigne l’expérience malheureuse du jeune Samuel Carrère, en deuxième année de l’école taurine, collé au plancher par la coursière qu’il écartait et évacué en civière par les volontaires de la protection civile. L’un d’eux nous informera que Samuel s’en sort avec un bel hématome, mais que la saison 2007 a été rude pour les acteurs des cuadrillas, dont beaucoup ont mordu la poussière.

Sous le signe de la vache
le blessé évacué, le spectacle continu avec ce bel écart dédié à  Samuel

Côté jeunes pousses prometteuses, saluons la prestation du très jeune Thomas Marty de la cuadrilla Jean-Marc Lalanne, qui s’est porté sans peur et sans reproche au-devant d’une coursière non encordée pour régaler le public d’un enchaînement fluide d’écarts de belle facture.

Une bonne manière de clore les fêtes de Nogaro, tout en se réjouissant de voir ainsi la relève assurée.

Sous le signe de la vache
Encore un bel écart réussi

Sous le signe de la vache
Le très jeune Thomas Marty anime le show en écartant une vache sans corde

Sous le signe de la vache
À peine 15 ans et déjà  la relève est assurée dans l’arène.

Blogged with Flock