Une gendarmerie vendue aux enchères dans le Gers

Chroniques de la désertification rurale…

Depuis ce matin sur le site Agora store, une gendarmerie est à vendre, aux enchères, jusqu’au 20 janvier.Un ensemble de 3500 m2 composé de cinq maisons autour du bâtiment principal est mis en vente à partir de 389.000 euros.Ces bâtiments du début du 20ème siècle ont été rénovés dans les années 80.Les derniers gendarmes résidents ont quitté les lieux en 2013.

Accès des ruraux aux services publics

« On a une solution : on va donc commencer par vous créer le problème qui va avec! »

C’est ainsi que l’on pourrait résumer le fameux schéma d’amélioration de l’accessibilité des services au public sur lequel les territoires ruraux doivent à présent plancher. En gros, il aurait suffi de commencer par ne pas systématiquement les démonter,

Services publics ruraux : l’abandon de La Poste

On aime les jolis mots gonflés d’espoirs comme des merveilles : «logique de mutualisation». Ce qu’il faut plutôt lire comme : logique de désertification.

Suppressions de postes, allongement des tournées, non replacement des agents malades, réduction des horaires d’ouverture afin de faire baisser la fréquentation, ce qui justifiera au final la fermeture d’un autre petit bureau de poste rural,

L’avenir de la ruralité vu de Paris : une école par canton (dans un premier temps!)

«Si on le voulait, on pourrait avoir 1 000 habitants en 10 ans, la pression est forte sur le foncier, ici. Mais ce n’est pas le but. Il faut du locatif. Un lotissement de 13 logements sociaux est prévu qui apportera encore des familles et des enfants. En pavillonnaire, les enfants partent un jour, sans se renouveler».

Les maisons de santé, remède au désert médical ?

Comme nous l’avons déjà expliqué longuement sur ce site, la problématique de la désertification médicale n’a toujours pas été prise par le bon bout, à savoir ses facteurs sociologiques et non économiques.

Cet aveuglement, bien de notre époque, à tout ce qui n’est pas d’une pseudo-rationalité économique pourrait être cocasse s’il n’était pas porteur de désastres annoncés.

L’objectif a toujours été de fermer les écoles rurales et de liquider les RPI

Cela fait des années que nous le répétons : l’éducation de proximité et de qualité des petites écoles rurales a toujours été dans le collimateur de la politique nationale d’éducation, une politique assez méprisante des besoins réels de la population en général et des enfants en particulier, une politique essentiellement dictée par des urbains de centre-ville qui ont eu accès généralement aux meilleurs établissements et aux filières d’excellence,