Le Jardin à  Malices

Aujourd’hui, le mode de garde des moins de trois ans qui est privilégié par les pouvoirs publics est le mode de garde individuel, négocié au gré à  gré. Cette politique, qui favorise donc l’installation d’assistantes maternelles, est moins onéreuse pour la collectivité mais est défavorable aux familles les plus modestes. Pour répondre aux besoins en garde collective, les initiatives privées se sont substituées aux politiques locales.

En 1996, sur Barcelonne-du-Gers, devant l’absence de politique locale de la petite enfance, un groupe de parents décident de monter un dossier pour une halte garderie itinérante sur leur secteur. Le dossier met 2 ans pour aboutir.

En Juillet 1998, le Jardin à  Malices démarre avec 2 salariés et se partage entre 4 sites : Barcelonne, bien sûr, Aignan, Plaisance et Riscle, chaque site étant desservi une demi-journée par semaine. La fréquentation reste faible dans un premier temps, le service mettant du temps à  s’installer. En 2000, Nogaro devient le cinquième site de la tournée. En mai 2004, faute d’enfants, Plaisance se retire. A la rentrée 2004, devant la demande croissante des parents pour ce genre de service, le Jardin à  Malices ouvre ses portes en journée pleine, de 9h00 à  17h00.

Une équipe performante pour une prestation de qualité

Actuellement, le Jardin à  Malices a deux salariées permanentes qui s’occupent avec compétences des enfants : Emilie Couerbe, CAP jeunes enfants, arrivée en mars 1999 et Christelle Dumont, éducatrice jeunes enfants, recrutée en novembre 2004. Les jeunes femmes accueillent les enfants, de quelques mois à  5 ans inclus, le gros de la troupe se situant autour des 2 ans. A charge pour ellesde distraire, éduquer, stimuler les enfants qui leur sont confiés, 7 à  8 enfants en moyenne en même temps.

« La garde collective permet l’assistance à  l’éveil de l’enfant, l’apprentissage de la vie en groupe et c’est une passerelle pour l’accès à  la maternelle » nous confie Emilie. C’est aussi un mode de garde plus juste financièrement pour les parents, chacun participant selon ses moyens, grâce à  la PSU, prestation service unique. En moyenne, une heure de garde collective coûte 0,95 €/heure contre 2,1 €/heure + le forfait journalier pour une assistante maternelle.

Un fonctionnement associatif en quête de partenaires

Le financement du personnel est en parti pris en charge par les communes adhérentes à  la halte-garderie. La CAF subventionne le coût de l’heure en fonction des revenus des parents. Elle finance aussi le matériel pédagogique, mais l’association n’est pas hostile à  la mise en place de partenariat avec des acteurs privés qui soutiendraient l’achat de matériel.

Depuis toutes ces années, le Jardin à  Malices fonctionne grâce à  la gestion bénévole des parents membres de l’association, aussi, toutes les bonnes volontés sont les bienvenues.

Horaires

De 9h00 à  17h00

Le mardi, à  Riscle, au centre de loisirs (05 62 69 99 37)

Le mercredi à  Nogaro, à  l’école maternelle (05 62 69 07 02)

Le jeudi à  Aignan, au centre de loisirs (05 62 03 75 84)

Le vendredi à  Barcelonne du Gers, salle « Lous Tranquillots » (05 62 09 41 00)

Congés : 15 jours en décembre et 3 semaines en Août

Jeux et exercices physiques en groupe

Le camion du Jardin à  Malices, reconnaissable entre tous

Emilie Couerbe, s’occupe avec gentillesse et compétence des enfants de puis 1999.

L’heure du repas, important moment d’apprentissage de la vie en société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *