Sélectionner une page

effet de miroirSamedi dernier, la halte garderie multi-accueil du secteur organisait sa kermesse annuelle. Pour l’occasion, les arènes de Riscle avaient été réquisitionnées et transformées en vaste terrain de jeu.
En plus de battre le rappel des anciens, scolarisés en maternelle dans la région, cette journée a été l’occasion de tirer le bilan d’une année bien chargée.

Une offre qui ne suffit plus à  la demande

PapillonLe Jardin à  Malice est tout simplement victime de son succès. Arrivée depuis maintenant un an, Blandine Housseguy, responsable de la structure, a vu la demande de garde collective exploser dans le secteur couvert par le Jardin : « Depuis le passage à  la journée complète, nous avons vu arriver beaucoup de jeunes parents entre 25 et 35 ans, qui sont nettement plus demandeurs de solutions collectives que de gardes individuelles. »
Face à  cet afflux des familles, les communes ne suivent pas et ne s’impliquent que très marginalement dans la gestion de la petite enfance. Les représentants de la PMI comme de la CAF sont coincés entre la montée de la demande et la faiblesse de l’offre d’accueil en face. « Nous voyons arriver de plus en plus de jeunes bébés, dès 2 mois et demi. Nous sommes complets partout, comme à  Aignan, et dans les autres villages, nous avons du établir des listes d’attente : 2 enfants pour Nogaro, 3 pour Riscle et jusqu’à  8 sur Barcelone du Gers. Nous ne suffisons plus face aux besoins en garde de jeunes enfants et beaucoup de familles se retrouvent sans solution. »
Pour ne rien arranger, la nouvelle orientation de l’inspection de l’académie de ne plus comptabiliser les enfants de moins de 3 ans dans les effectifs scolaires ressert encore un peu plus l’étau autour des parents de jeunes enfants.

Des problèmes de locaux et d’implication des collectivités

Pêche aux cadeauxInitialement installée dans la salle de jeu de l’école maternelle, la halte garderie voit sa pérennité menacée à  Nogaro à  cause du calendrier scolaire qui revient lentement, mais sûrement, sur la semaine des quatre jours. En effet, ce n’est pas moins de 11 mercredis pour l’année 2006-2007 où le Jardin à  Malice devra migrer ailleurs. Les locaux du cinéma mis provisoirement à  la disposition des enfants cette année n’ont pas été jugés conformes par la PMI.
Une réunion à  la mairie de Nogaro, lundi dernier, a été le théâtre de tractations dans le but de parvenir à  une solution satisfaisante. Or, la petite enfance étant la grande absente du budget 2006 de la commune, il faudra attendre 2007 pour espérer voir quelque chose de durable se mettre en place. En attendant de pouvoir disposer de locaux aménagés selon les normes en vigueur, le Jardin va se rabattre de nouveau sur du provisoire à  la salle des fêtes de Nogaro.

PMI
Protection Maternelle et Infantile. S’occupe du suivi sanitaire et social des enfants de moins de 6 ans, sous la responsabilité du Conseil Général