Sélectionner une page

Tel un phare au milieu de la tempête, l’inénarrable Onésime Schuller domine la débâcle météorologique ambiante d’un indéfectible sourire à  faire fondre les icebergs. C’est exactement à  l’heure précise où commençait la cinquième édition du festival de contes de la Spirale à  Histoires que les éléments se sont déchaînés sur ce petit coin de Gascogne, déversant des trombes d’eau sur les spectateurs réunis. Et le mauvais temps s’est acharné sur le festival avec une belle régularité. « Je suis très fier de pouvoir dire que nous n’avons presque rien annulé, en dehors d’un spectacle de rue. Pour tout le reste, nous nous sommes adaptés au fur et à  mesure des évènements. ».

L’inauguration s’est déplacée du chapiteau à  la grange du maire d’Arblade, les grillades sont devenues un succulent poulet au curry et les contes du bord de la mare se sont finalement tenu dans le salon de Jean-Claude Leblond, accessoirement le maire le plus participatif de la région.

Même si les intempéries ont causé une baisse significative de la fréquentation du festival, entre le noyau dur des fidèles et les nouveaux spectateurs attirés par une campagne de publicité d’envergure, la Spirale enregistre tout de même 800 spectateurs pour le week-end.

« Ce que j’ai vraiment trouvé extraordinaire, c’est la grande solidarité des participants et des bénévoles. Quand les pluies diluviennes se sont abattues, sans que l’on ne demande rien à  personne, tout le monde s’est précipité pour aider. Certains ont creusé des tranchées pour aider au drainage de l’eau et protéger les installations, d’autres ont éparpillé de la paille pour éviter que tout cela ne se transforme en un immense bourbier. Vendredi soir, après le gros des précipitations, nous sommes restés sur le pont jusque vers 3 heures du matin, avec Frédéric (David) sur son tracteur qui sortaient du champ les voitures embourbées. »

Le spectacle de Rémi Boiron, le samedi soir, a fait chapiteau comble, comme à  son habitude.

Une édition 2007 inoubliable qui nécessitera peut-être une soirée de soutien ultérieure pour renflouer les comptes, en attendant, en octobre prochain, l’inauguration officielle du Petit Théâtre de Spirale.


Frédéric David, le concepteur du festival, fait contre mauvaise fortune bon cœur

Le maire d’Arblade recueille les naufragés des éléments déchaînés. Il a même ouvert sa chambre à  coucher pour le concert du quatuor de musique… de chambre.



Onésime Schuller, président de l’association de la Spirale à  Histoire, une oasis de bonne humeur sous un parapluie.

Jacques Schuller, le petit frère d’Onésime, présentait son premier spectacle solo cette année : L’histoire du Tigre de Diaro So.