Dans le Gers aussi, l’éducation devrait être prioritaire

Année après année, les moyens éducatifs du Gers se concentrent sur l’est du département où les Toulousains fuient la pression immobilière, au détriment de tout le reste du département.D’abord attaquée dans sa grande ruralité, avec la fermeture des RPI et l’éloignement progressif des écoles à l’heure où le Conseil Général rogne sur les transports scolaires, l’éducation dans le Gers est à présent menacée au cœur de la préfecture, dans l’un des quartiers les plus déshérités de France.

Depuis plus d’un mois, le Garros lutte contre le démantèlement programmé de ses écoles primaires et l’ensemble des syndicats de l’éducation ont déposé un préavis de grève départemental pour mardi prochain.

Rendez-vous :
- 10h00 : sur le marché au Garros, nous monterons ensuite à l’Inspection.
- 12h00 : devant l’Inspection, pour un rassemblement bruyant et festif.

NB : Des personnels de la Mairie nous ont témoigné de leur soutien et nous rejoindront dans la grève mardi prochain. Nous les en remercions car nous savons qu’une journée de grève n’est jamais anecdotique.

La grève en pratique
- Un préavis a été déposé sur l’ensemble du département par le SNUipp pour le 1er degré et par la CGT pour le second, ainsi que pour le personnel Mairie.
- Pour le premier degré, il faut se déclarer gréviste avant samedi matin en utilisant votre messagerie Iprof ou en déposant le formulaire à l’Inspection. Les délais sont très courts… faites-le dès que possible.

via Appel du collectif “Au Garros, l’Éducation doit rester Prioritaire” !

À noter que la visite de la secrétaire d’État de la ville, Myriam El Khomri, prévue la semaine prochaine à Auch, annoncée pour la première signature en France d’un “contrat ville” nouvelle version, a été reportée… aux vacances scolaires! Une certaine conception du courage et du dialogue politique.

Les écoles du Garros en lutte pour rester en zone prioritaire

Le Garros. Déjà, il y a 30 ans, c’était le quartier à réhabiliter et à désenclaver. Un peu comme le Mirail à Toulouse, les 4000 à la Courneuve, les Quartiers Nord à Marseille. Le pâté de tours miteuses que l’on garde en périphérie de la ville, des regards, des discours et des budgets, l’endroit où tu échoues quand tu es un peu au bout de tout. Le domaine de la racaille et des basanés, le fournisseur officiel de drogue, de délinquance, mais aussi de manœuvres pas exigeants, de femmes de ménage ou de nounous bon marché. Le quartier qu’on éviterait de traverser par hasard si le plan de circulation de la ville n’avait subtilement évité qu’aucun axe de quelconque importance ne puisse seulement l’effleurer.

Le Gers est l’un des rares départements de ce beau pays qui n’a ni prison ni maison d’arrêt. Par contre, on a nos ZUP, comme tout le monde. D’après le dernier contrat de ville — la dernière pirouette politique pour faire semblant de tricoter quelque chose de ce dont tout le monde se fout —, Le Garros se taille carrément une belle place nationale en étant l’un des cinq quartiers les plus défavorisés de France.

Comme quoi, entre deux coups de peinture tous les 20 ans, on a enfin réussi à devenir quelque chose!

via Déshabiller tout le monde pour n’habiller personne | Le Monolecte.

Une réflexion sur “Dans le Gers aussi, l’éducation devrait être prioritaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *