Plumes de Mousquetaires

Les débats furent acharnés dans la salle des mariages de Nogaro pour décider de l’auteur qui serait consacré par le deuxième prix Jeune Mousquetaire du premier roman, prix décerné par un jury de lycéens de la Cité scolaire d’Artagnan. Le jury 2007 était présidé par le lauréat de l’année dernière, Orion Scohy, auteur du très innovant « Volume ». Un an après la consécration de son jeune talent, Orion a retrouvé avec plaisir notre petit village gersois : « Ce prix a réellement fait plaisir à  mon éditeur, lequel avait pris le risque de parier sur un jeune inconnu. Maintenant, cela n’a pas fondamentalement modifié la carrière du livre qui a dû se vendre autour de 400 exemplaires. » Orion continue donc d’écrire, lentement, comme il aime le faire, et murit tranquillement son deuxième roman, qui sortira… quand il sera prêt! « J’ai bien compris que pour l’instant, je ne pourrais pas vivre de mon écriture » nous confie le jeune auteur de 33 ans qui poursuit par ailleurs sa carrière de transcripteur télétexte dans le sud-est de la France

Une offre pléthorique

Dans un marché de l’édition totalement saturé, avec pas moins de 689 romans pour la rentrée littéraire de 2006, dont 105 nouveaux auteurs, il n’est pas facile de sortir du lot et de parvenir à  capter quelques centaines de lecteurs. C’est ainsi que des romans comme l’Effrôlée de Sabrina Berreghis ou l’Illettré de Maurice Baron ont suscité bien des débats avant de tomber devant le couperet final des lycéens qui ont retenu l’Automne de Vincent de Jacques Verdier, directeur de la rédaction du Midi Olympique. Le roman raconte l’histoire l’ascension, la chute et la rédemption d’un directeur de presse à  la fin des années 80, « à  l’époque où est arrivée la presse caniveau, celle qui a profondément changé la profession. Au départ, je pensais faire de Vincent un agent immobilier, puis je me suis rendu compte qu’on parle mieux de ce que l’on connait. En fait, quand on écrit, on ne parle jamais que de soi! ».

Jacques Verdier s’est dit particulièrement content de recevoir un prix de lycéens : « ces prix ont beaucoup de valeur, car on ne peut y soupçonner un quelconque renvoi d’ascenseur entre collègues ! »

Il ne nous reste plus qu’à  espérer que le prix littéraire du Jeune Mousquetaire gagne en renommée au fil des ans.


De gauche à  droite : Orion Scohy, lauréat 2006 et président du jury 2007, Laurence Gueyes-Parmentier, responsable de la bibliothèque de Nogaro et Eric Busson, professeur de Lettres classiques au lycée de Nogaro.

Débat argumenté entre les jeunes lycéens qui composent le jury.



Orion Scohy, premier lauréat du Prix Jeune Mousquetaire, en gestation d’une nouvelle œuvre.

Bruno Husté, président de l’association Un livre dans la poche, qui gère le concours.



Jacques Verdier reçoit son prix de 1000€ des mains de Jean-Pierre Pujol, maire de Nogaro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *